Historique du Domaine

Depuis au moins huit siècles, Orignac est un lieu de vie, productif et animé. au fil du temps, il n'a jamais laissé indifférent les gens qui y ont vécu. Il leur a communiqué toute l'énergie que génère un lieu majestueux et intemporel. L'histoire de la terre d'Orignac remonte à l'an 1200, lorsque Yhtier d'Orignac, chevalier, seigneur du lieu épousa Sybille, fille d'Hélies, seigneur de Virrolet.

Le bâtiment pris son aspect actuel lorsqu'il fut "rebâti à la moderne par Monsieur de Saint-Légier, vers 1840" au milieu d'avenues, de bosquets et de jardins pour en faire "une habitation des plus agréables", d'après un texte de 1864. Quant aux dépendances, elles furent reconstruites dans un style classique, plus au Nord, en un corps de ferme en trois parties s'articulant autour d'une large cour.

Au siècle dernier, Monsieur Paul Gros acquit le domaine aux descendants du Baron de Saint-légier et le transmit à sa fille aînée, Hélène. Homme ingénieux et entreprenant, il avait fait venir des Etats-Unis des porte-greffes insensibles au parasite du phylloxéra qui détruisit le vignoble français à la fin du 19ème siècle. Des plants traditionnnels greffés sur ces pieds mères américains mirent fin à la crise.

Hélène Gros épousa, en 1930 un jeune officier de marine, Hubert Meyer. Ils vécurent au fil des années dans de nombreuses villes suivant les affectations de la Marine, revenant dés que possible à Orignac, leur port d'attache.

A la fin de la guerre, celui qui deviendra l'Amiral Meyer, fut chargé par ses supérieurs de négocier la libération du port de la Rochelle, ce qu'il fit avec toute la rigueur et la droiture d'un homme de mer, puis, il fut maire de Royan dans les années soixante.

Orignac suscitant des vocations, deux de ses enfants furent ingénieurs agronomes, la troisième, professeur de Sciences Naturelles. A la mort d'Hubert Meyer, sa fille Odile, ingénieur agronome géra le domaine pendant 20 ans.

Aujourd'hui, Hervé Meyer, retraire prise, a relayé sa soeur en s'installant sur la propriété et aidé par son fils Yvan, oenologue à Bordeaux, ils poursuivent avec plaisir et application l'oeuvre de leurs prédécesseurs pour que les produits du Château d'Orignac demeurent les fleurons de notre terroir charentais.